Pour savoir où on va, il faut savoir d'où l'on vient

Vous avez
une question ?
Un projet ?

Contactez nous !
 

Contactez-nous

Vous avez une question ? un projet ? 
Vous souhaitez plus d'informations sur un produit ? sur notre offre ? 
Contactez-nous, on vous répond sous 4H.

retour

Les étapes de maturité

Les étapes de maturité

Entre les premiers Intranet des années 90 et ceux d’aujourd’hui, le périmètre fonctionnel a très largement évolué. Nous sommes passés d’intranets très techniques, remontant quelques informations issues d’applications métiers, à des Intranets sociaux mêlant contenus, services voire processus métiers pour les plus novateurs.

C’est ce que nous appelons les étapes de maturité. Il en va de même pour les réseaux sociaux d’entreprise (RSE) où l’on passe souvent par une étape de travail collaboratif pour avant de mettre en place des échanges sociaux, source de création de valeur.

Dans le domaine des portails, nous identifions 5 étapes de maturité. Aujourd’hui, les 3 premières sont largement acquises ; ce qui n’est pas vrai pour les étapes 4 et 5. Le schéma ci-dessous les présente au regard de deux axes : création de valeur et évolution (dans le temps, maturité des donneurs d’ordre).

maturité_v3

Les étapes de maturité

Sur l’axe horizontal, nous pouvons identifier les 5 étapes de maturité. Elles correspondent à l’évolution du périmètre et des services offerts par les portails au fil des années. Sur l’axe vertical, on note la création de valeur apportée par l’étape de maturité et son domaine fonctionnel. Regardons en détail à quoi correspondent ces différentes étapes de maturité :

Consultation de données applicatives

Première étape des portails historiques, elle correspond à une vision technique des portails répondant, à l’époque, uniquement aux concepts fondamentaux évoqués plus haut. Elle consiste à mettre à disposition des données informatives issues des applications métiers de l’entreprise sans aucune forme d’échange ou de collaboration (ex : solde de congés, état des outils informatiques).

Contenu / Communication

Deuxième étape dans l’échelle de création de valeur, elle est apparue avec l’essor de la communication interne des entreprises, à un moment où le support papier n’était plus adapté à la croissance des informations à communiquer. Elle consiste à publier les informations « corporate » en mode Top Down et à les mettre à disposition du plus grand nombre.

Collaboration

Etape plus récente de l’échelle de création de valeur des portails, le travail collaboratif répond à différentes préoccupations. D’une part mutualiser, fluidifier (voire contrôler) les moyens collaboratifs et les interactions. Et d’autre part améliorer la performance de l’entreprise en développant le partage et la connaissance collective. Elle correspond à l’apparition d’outils tels que les wikis, les forums, la gestion documentaire partagée, les espaces projets, etc.

Social

Elle correspond certainement à l’étape la plus complexe à mettre en œuvre dans nos entreprises. La contribution sociale vise à simplifier et multiplier les échanges entre les intervenants (collaborateurs, partenaires, clients…) et puiser dans ces données pour en créer de la valeur. Elle permet également le rapprochement des Hommes et d’identifier les experts et expertises. Elle correspond à l’apparition d’outils tels que le « mur », les mises en relation, les flux d’activités, la recherche d’expertise, les rapprochements par centre d’intérêt, etc.

Processus métier collaboratif / travail applicatif

Cette 5e étape est un mélange entre l’intégration des applications métier au portail et l’intégration du travail collaboratif. De nos jours, beaucoup de portails ont une dimension collaborative à travers des outils du portail et concernent principalement son contenu. Cette dernière étape vise au travail collaboratif mais au travers des outils métiers de l’entreprise, dans une optique non pas de consultation, mais d’utilisation. On peut évoquer la gestion des processus d’entreprise (BPM), le décisionnel, etc. Si nous prenons l’exemple des demandes de congés, ces processus métier collaboratifs offrent des interfaces dynamiques au dessus des applications métiers, sans pour autant les remplacer. L’outil de BPM va ainsi permettre de mettre à jour le solde de congés dans l’outil RH, d’impacter la paye dans l’outil adéquat, etc.

Notons que ces étapes de maturité correspondent également, pour la plupart, aux domaines fonctionnels de nos portails. Ces derniers sont détaillés dans la rubrique du même nom plus bas dans ce livre blanc.

Il est important de préciser que la mise en œuvre de ces domaines est de complexité croissante. La construction d’un portail d’entreprise se fait par itération. Il faut savoir démarrer, même avec un périmètre modeste, pour pouvoir espérer obtenir un portail à forte création de valeur ajoutée.