Pour savoir où on va, il faut savoir d'où l'on vient

Vous avez
une question ?
Un projet ?

Contactez nous !
 

Contactez-nous

Vous avez une question ? un projet ? 
Vous souhaitez plus d'informations sur un produit ? sur notre offre ? 
Contactez-nous, on vous répond sous 4H.

retour

Mais aussi

Mais aussi

Il y aurait beaucoup d’autres cas d’utilisation à présenter tant les possibilités qu’offre la contribution sociale sont massives.

Sans rentrer dans le détail, présentons ces quelques utilisations complémentaires de celles listées précédemment.

Conduire le changement

Les changements sont nombreux dans les entreprises ; elles évoluent en permanence. Pourtant, force est de constater que l’accompagnement au changement n’est pas toujours bien gérée.

Les réseaux sociaux d’entreprise peuvent y remédier en favorisant l’émergence des interrogations. Des espaces dédiés peuvent être réservés au sein des RSE pour favoriser les échanges et apporter des réponses aux inquiétudes, souvent légitimes, des collaborateurs.

Qu’il s’agisse d’un changement de métier, d’organisation ou d’outil, la capitalisation des échanges est particulièrement efficace pour conduire le changement.

Communiquer

Les réseaux sociaux mis en place dans les entreprises sont généralement plébiscités et très utilisés. Ils accueillent un nombre croissant de collaborateurs qui apprécient cette forme d’échanges.

Du coup, les RSE deviennent le lieu idéal pour que la direction de l’entreprise puisse communiquer et toucher un maximum de salariés (communication « top-down »). Les intranets « classiques » ne bénéficiant pas des mêmes audiences délivrent des messages dilués, avec un impact mitigé.

A l’instar des RSE spécialisés comme Elgg, LovdByLess, etc. des solutions comme Drupal (c'est-à-dire les CMS), couplent efficacement les fonctionnalités de réseaux sociaux et de gestion de contenu.

Innover

C’est l’argument phare pour certains, une illusion pour d’autres. Pourtant, les études le prouvent : une bonne stimulation des RSE permet de générer de l’innovation et une réduction du « time to market ».

D’ailleurs, les grandes marques l’ont bien compris et mettent en œuvre des réseaux sociaux privatifs destinés à leurs clients.

Il s’agit d’engager la conversation avec ses clients et d’écouter ce qu’ils ont à dire. C’est un pari risqué pour l’entreprise qui doit se découvrir (présentation en amont des nouveaux produits, etc.) pour mieux innover ou plutôt mieux « co-innover ».